Les passations géomantiques

Au moment d’observer les mouvements de figures à l’intérieur du thème, il peut s’avérer profitable de dresser l’inventaire de celles n’y apparaissant pas, ceci afin d’en tirer les enseignements qui conviennent : quel peut être le sens de leur absence et que peut-on en conclure relativement à la réponse apportée ?

Une fois ce diagnostic préliminaire posé, vous noterez bien vite les rencontres (redoublements) de figures par les Maisons se produisant dans le thème géomantique, en vous souvenant que chaque fois qu’une figure se répète, son apparition simultanée dans plusieurs secteurs associe en quelque sorte le sens et la signification des Maisons qu’elle traverse.

Il conviendra donc d’identifier ces passations dont l’importance variera selon qu’elles affecteront les Maisons du Questionneur, de la Question, ou celles du Tribunal ; (une passation au Juge revêtira toujours un caractère exceptionnel, avec pour effet de décupler la valeur et la signification de la figure en passation).

Vous apprécierez également l’absence ou l’abondance des passations dans le thème. Une multiplication des passations impliquera de nombreuses transformations, changements et combinaisons successives dans la réponse apportée par l’oracle. Une absence de passation révélera au contraire des éléments complexes sans enchaînement réciproque ; il sera en tel cas judicieux de consulter les passations secondaires, et d’associer les figures de même affinité ; (complémentaires, contraires, en analogie de sens). Vous en conclurez de même en pareil cas, mais d’une manière moins catégorique et moins affirmative.

Vous extrapolerez le sens global tiré de la combinatoire des significations propres à chaque Maison pour n’en faire plus qu’une, et parviendrez ainsi à remonter à la source d’une situation, d’une décision, ou encore des préoccupations actuelles du questionneur.

Il conviendra dès lors de noter et d’interpréter les répétitions de Figures dans le Thème reliant ensemble plusieurs domaines de l’existence par une énergie et un sens en commun. Chaque passation formant une boucle dont le point d’origine est à rechercher dans la Maison ayant le plus d’affinités avec le domaine de la question posée, constitue un récit cohérent, élaboré à partir de la synthèse des significations de l’ensemble des Maisons traversées par une même Figure.

On distingue traditionnellement quatre types de passations selon les modes de répétition observés :

La passation simple

  • Une figure se répète une seule fois dans une autre Maison. Vous vous appuierez sur les instructions générales de cette section pour évaluer les prescriptions de l’oracle en pareille circonstance.

La passation avec répétition

  • Une figure se répète plusieurs fois dans d’autres Maisons. Lorsque la passation se fait avec répétition, le lien entre les Maisons où la figure passe successivement s’établit toujours dans le même sens, et  l’on interprète chacune des passations successives. On dit alors que la figure se « charge » des influences et des éléments en affinité rencontrés sur son passage, en sorte que le sens des Maisons traversées s’en trouve enrichi et renforcé. Sachant in fine que le sens donné à la passation reliant la Maison initiale à la Maison finale devra toujours s’accorder avec le sens des passations intermédiaires.

Les passations parallèles

  • Deux figures se répètent une ou plusieurs fois dans le thème en se déplaçant toujours d’un même nombre de Maisons. Vous interpréterez d’abord chacune des passations individuellement, puis vous combinerez leurs sens respectifs afin de dégager une signification globale cohérente, en rapport avec la question posée et la connexion manifestée par les passations.

La passation double

  • Une figure se répète en Maison voisine, dans l’ordre direct de numérotation – ce type particulier de passation se révélera toujours de très grande importance lors de l’interprétation, avec celui, plus remarquable encore, de passation double avec répétition. La passation double pourra dans certains cas se confondra avec l’aspect déjà évoqué de compagnie, mais il n’en ira pas toujours ainsi. Souvenez-vous en effet que les Maisons ne peuvent se trouver en aspect de compagnie qu’en formant des binômes de type « impair-pair » (Ex.  : Maison I & Maison II), et jamais de type « pair-impair » (Ex.  : Maison II & Maison III). Ainsi, une même figure en Maisons II & III sera bien en passation double, mais non pas en compagnie d’elle-même. Dans l’autre cas où une même figure se trouvera en passation double et en aspect de compagnie simple avec elle-même (Ex. Puer en Maison I & II), il conviendra de combiner les deux interprétations et d’évaluer la manière dont elles collaborent à éclairer le sens de leur association. La signification de la figure s’en trouvera encore renforcée, et les Maisons occupées par celle-ci seront à considérer tout particulièrement dans l’interprétation du thème, de par l’accent qui sera mis sur un facteur crucial de l’affaire. Retenez enfin que la passation double aura toujours comme effet de renforcer les significations des Maisons qu’elle réunit, tout en leur conférant un sens nouveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six − 1 =