Géomancie intuitive

J’aimerais pour débuter cette étude prendre le temps d’aborder les thématiques de l’inconscient et de l’intuition, à travers le prisme de la divination.

Pour cela, est-il indispensable tout d’abord de faire la part des choses entre les aspects purement techniques de montage du thème géomantique, et les phases succédentes de lecture dudit, selon ce que vous inspire l’ordonnancement des figures obtenues.

La Rosace Géomantique : Un miroir psychique

Un écueil trop souvent constaté de ce point de vue, est la tentation chez nombre de géomanciens en devenir de tout interpréter, de tout disséquer, de tout analyser, par simple analogisme avec un référentiel de significations figées, ayant acquis avec le temps un statut de vérité indubitable et fâcheusement rigide.

Or, ce n’est pas ainsi qu’il convient de s’y prendre en Géomancie, au risque de n’y jamais rien comprendre, et de finir par mépriser l’objet même de son étude. Les figures, entendez-le bien, n’ont aucune signification fixe et universelle. Ce que vous en faites et en pensez ne devrait reposer que sur votre seule qualité de regard. Que voyez-vous spontanément, hors de toute réflexion logique, dans ces rencontres et ces séquences de figures ? Qu’est-ce qui vous saute aux yeux et que vous saisissez intuitivement, tout de suite, sans réfléchir ni plus y penser ? La nature de ces récits et leur caractère singulièrement évocateur ne devrait valoir que pour vous. Aucune figure, aucun thème ni aucune interprétation n’est absolument vraie ni objective en soi, et n’est que le miroir de votre énergie du moment, dont vous seul pouvez saisir le sens profond afin d’élaborer vos propres histoires, bien loin des carcans ésotériques ou divinatoires que l’on cherche à vous inculquer.

En conséquence de ce qui précède et une fois le thème posé, aucune règle ni schéma fixe et établi une fois pour toutes ne saurait être plaqué superficiellement sur celui-ci pour prétendre en extraire le sens caché. Aucun manuel ni aucune formation jamais ne vous conférera le talent le voir avec votre cœur. Il ne peut s’agir que d’un chemin éminemment personnel et intime, un voyage intérieur à la découverte de soi, et de sa sensibilité. Cheminez donc sur votre propre voie, hors de tout rituel interprétatif classique et des sentiers battus, et maintenez-vous à l’écoute de votre propre spontanéité et de vos émotions.

Tôt ou tard dans votre parcours de Géomancien, il vous appartiendra d’apprendre à communiquer directement avec le thème, de museler les injonctions et les mécanismes de censure du mental et de l’ego, pour mieux vous mettre à l’écoute de votre guide intérieur. Dès lors, les panoplies de significations toutes prêtes et autres dictionnaires érudits vous seront devenus de bien pesants fardeaux, que le bon sens vous conduira à abandonner sans regret le long de votre chemin.

Emprunter cette voie de libération et de transformation intérieures, c’est également s’ouvrir à de nouvelles dimensions, de nouvelles visions, de nouvelles intuitions, par delà les codes connus et la main mise de l’intellect. C’est finalement faire corps avec son Art, et vivre la Géomancie comme un état de grâce, sentir la présence chaleureuse du Maître en soi, et soulever un coin du voile qui masque l’inconnu.

Il s’agit d’un travail de réhabilitation du mystère, et de lâcher-prise sur toutes les entraves et les ornières mentales d’un savoir appris pour mieux s’en ouvrir à l’expérimentation directe, viscérale et quasi-sensorielle de l’Art géomantique ; souvenons-nous à ce propos que croire n’est pas ressentir, apprendre n’est pas percevoir, comme le savoir (livresque) n’est pas la connaissance (directe, intuitive, expérimentée).

La géomancie intuitive relève donc de la perception directe, de la réalisation immédiate et de la prise de conscience instantanée. Il ne s’agit pas d’apprendre par cœur des images sclérosées, mais d’apprendre à voir, avec ses propres yeux ; or lorsqu’il s’agit de voir, tout savoir devient un obstacle ; l’analyse paralyse ; le mental segmente, dissèque, et réduit tout à l’état d’objet froid, inerte et sans vie.

L’intuition au contraire prend sa source dans le cœur et dans l’âme. Elle ne se soucie point d’examiner, de structurer et de dominer son objet, mais aborde toute situation nouvelle comme un saut dans l’inconnu, sans méthode ni procédure connue, selon un principe d’émergence spontanée, de révélation et d’éclair de conscience.

L’intuition ne repose pas sur une réminiscence du passé en tant que construction du mental et fabrication de l’esprit humain, pas plus qu’elle n’élabore de concepts ni ne compare ou évalue par souvenir ou remémoration. Elle avance à visage découvert et sans histoire, dénuée de toute certitude, avec la curiosité ingénue, presque naïve, et la candeur que l’on reconnaît chez l’enfant, avide de découvrir.

La géomancie intuitive jette un regard neuf sur la discipline, loin des acquis intellectuels accumulés et issus de la tradition, se détournant ainsi d’une démarche toute cérébrale, campée sur ses dogmes, et ses principes éculés.

Je suis dans le vrai lorsque je me situe dans le temps présent absolu, dans l’ici et maintenant ; ainsi je m’absorbe dans l’unique, sans chercher à conceptualiser ni à généraliser mon expérience. Je fais l’expérience de la vérité dans l’instant, et toute mon attention se porte sur ce seul moment présent, excluant par cette présence toute possibilité de réflexion. Si je me mets à penser ou à me souvenir,  aussitôt la réalité m’échappe, et me file entre les doigts, et je redeviens aveugle à l’existence.

Pratiquer la Géomancie intuitive, c’est ainsi percevoir, observer, visualiser, contempler, le jeu des figures dans le thème, et imaginer leur langage, comme pour mieux capter le message qu’elles cherchent à révéler. Pour cela vous n’avez besoin d’aucune base, et de très peu de connaissances. Toute la démarche de voir réside en vous, dans votre conscience et votre bienveillance ; vous êtes le centre, la lumière, et le tout. La vérité n’est à rechercher nulle part ailleurs qu’ici et maintenant.

Aucun livre ne saura, mieux que la vie, vous révéler le sens profond de la Géomancie.

Un premier pas

La Géomancie, qu’elle soit réceptive des champs d’influence à la périphérie d’un individu, ou active par déviation recherchée de ces rayonnements subtils, ne saurait agir que sur des empreintes énergétiques, ce qui interdit toute forme de prédiction fataliste, de sentence déterministe ou autre sort irréversible. Un géomancien se gardera bien de parler d’autre chose que de tendances et de potentiels ; il n’évoquera jamais d’événements datés ou perçus autrement que symboliquement. De même qu’il ne prétendra pouvoir agir autrement que par émission à distance d’effets bienfaisants, susceptibles d’attenter positivement aux instances psychiques et mentales du Consultant ; et en aucun cas promettre à ce dernier une quelconque réussite fortuite, inopinée ou spontanée, ce qui aurait comme unique effet de le dispenser  de sa responsabilité, et constituerait en soi une forme de violence, de manipulation et d’emprise sur l’autre.

Résumons cette mise en garde, sans doute la plus fondamentale concernant la Géomancie : si vous souhaitez vous initier à l’Art géomantique, posez-vous d’abord la question de vos intentions profondes, intimes et personnelles. Quel est votre but ? Est-ce de prendre l’ascendant ou le pouvoir sur un tiers ? Est-ce de fasciner vos proches ou les foules par vos talents surnaturels ? Ou bien êtes-vous animé par le simple désir compatissant de contribuer à dissiper la souffrance qu’éprouvent les gens de ce monde ?

Il ne fait ici aucun mystère que de la réponse à la question qui vient d’être posée, dépendra la qualité des enseignements qui vous seront révélés. Quand l’élève est prêt apparaît le Maître dit le fameux dicton.  L’Homme est ce qu’il se fait, c’est par l’action dans le monde que vous progresserez toujours sur la voie de votre propre apprentissage. La Géomancie appelle les grands Hommes, et par là je n’entends pas ceux qui brillent par leurs faits d’armes ou de quelque nature. Le grand Homme est celui qui sait se tenir à la portée de ses semblables, dans un état d’esprit permanent de gratitude et d’humilité devant le mystère éternel de l’univers.

Faites confiance au destin, accueillez la vie dans sa simplicité, et voyez dans la Géomancie comme une amie, et une fidèle conseillère. Son langage est celui du symbole, et il n’est jamais autoritaire. Bien au contraire, il vous restitue ce formidable cadeau de l’existence qu’est le libre arbitre, en sorte que vous traciez votre propre chemin de vie, seulement guidé par cette belle étoile dans la nuit, comme les voyageurs aux temps d’autrefois.

Je n’ai jamais fait commerce de la Géomancie, et jamais je n’ai refusé d’aider mes semblables. Par chance je peux me prévaloir de ne pas vivre de la Géomancie, et si cet état des faits longtemps m’a coûté en frustration de ne pouvoir plus ou mieux m’y adonner, je dois bien reconnaître que c’est un luxe, et pour deux raisons principalement :

  1. Pour être un géomancien efficace, mieux vaut vivre dans le monde, en société ; non pas comme un ermite dans sa tour d’ivoire, mais au contact de son époque et de son temps, les deux pieds bien sur terre. Rien ne vaut l’expérience d’une vie active pour affiner son Art, et le voir se métamorphoser en soi au fil de son propre vécu.
  2. L’expérience du don est une chose sacrée qui confère à chaque rencontre le cachet unique de l’élévation de l’âme et du cœur. Donner c’est recevoir, et quel plus grand bonheur que de s’oublier soi-même dans l’amour de l’autre. Celui qui s’y adonne bien vite ne pourra plus envisager la vie autrement.

Un jour au détour d’une librairie, il  m’a été donné de rencontrer un livre écrit par un vieux Monsieur décédé au moment de la réédition que je tenais entre mes mains. A celui-ci, un journaliste coauteur pose la question en introduction de savoir comment il avait appris à maîtriser son don de guérisseur. A cette question le vieux sage répond avec une simplicité déconcertante : J’ai pratiqué mon Art pendant près de soixante ans sans jamais tenter d’en percer les mystères, d’ailleurs je n’y ai jamais rien compris ; seulement avais-je en tête d’aider mon prochain, et de faire le bien autour de moi. Il ne saurait selon moi être envisagée de meilleure instruction à l’apprenti géomancien, que celle d’agir toujours pour le bien d’autrui, dans la simplicité et le don de soi. A celui qui adoptera cette maxime seront révélés tous les secrets de l’univers, dont bientôt il n’aura plus cure, tant il sera parvenu à fondre son essence dans la nature du Tout, unique et indivisible.

Dans la pratique de la géomancie donc, nous retrouvons la démarche alchimiste, par l’emploi des analogies, des symboles, et par l’évolution spirituelle de celui qui s’y adonne. Il ne s’agira pas tant de s’abreuver à outrance de connaissances, aussi nécessaires soient-elles à l’initiation, sinon de se démunir de ses croyances, et de tout ce que précisément l’on aura appris, et qui nous retiendra de voir et de ressentir. En vérité il s’agit de reconnaître bien plus que de connaître, de se dessiller les yeux et de s’émerveiller du dessein qui se trame en chaque Thème, comme devant la beauté d’un paysage lorsqu’il nous enlève au monde.

Tout cela n’est possible que par la pratique. On apprend pas la Géomancie, on la côtoie simplement, et on se met à son écoute. Elle seule décide, et tout est déjà en place, parfait, réalisé. Il n’y a rien à ajouter, aucun effort à consentir, simplement être là, et laisser s’écouler le flux d’énergie, jusqu’à ne faire plus qu’un avec elle.

Faites ici appel à votre intuition et votre imagination, lâchez-prise sur tout ce que vous tenez pour vrai ou pour faux, et laissez s’exprimer le fluide à travers vous. Ayez confiance dans le dessein universel, et soyez assuré que ce qui émanera alors de vous aura du sens et de la valeur pour votre Consultant. La meilleure image qui me vienne pour vous exposer l’importance de cet état d’esprit d’accueil et d’acceptation sans jugement, est celle d’un enfant qui découvre le monde naïvement et sans idées reçues ; ne vous crispez pas sur les règles et faites danser les symboles. Observez le mouvement des Figures, méditez sur ces arrangements, tentez de saisir l’image et le sens du tout, faites silence en vous, et laissez le Thème vous pénétrer de ses influences.

Par votre propre pratique, vous découvrirez l’infinité des interprétations possibles, seulement munis des techniques décrites dans ce traité, et de votre intuition. Et c’est bien-là le message le plus important de la Géomancie : seule compte votre imagination, votre inspiration, et votre ressenti, le Thème n’est qu’un support, une clé – vous êtes le message – vous êtes la source à laquelle vous allez vous-même puiser les réponses aux questions posées – vous êtes l’Oracle.

Entrons sans tarder plus dans le vif du sujet, la théorie étant secondaire, vous aurez tout le loisir de l’acquérir par l’expérimentation des instructions qui vont suivre. Je vous conseille à ce stade de vous familiariser avec la technique de montage du thème, préalable nécessaire à tout travail ultérieur d’interprétation symbolique par analogie. Vous apprendrez plus tard le sens  des signes et des Maisons, de même que la signification profonde de leurs interactions.

La Géomancie, « miroir de l’âme »

En tant qu’Art divinatoire traditionnel, la Géomancie revêt avant tout un caractère ésotérique, dont la finalité ultime peut se résumer à la connaissance de soi. De ce point de vue, elle se situe en droite ligne des courants initiatiques et symboliques, à visée d’éveil spirituel chez l’adepte.

La Géomancie est à la fois une philosophie, une mystique, et une école de la vie. S’initier à ses mystères revient à se révéler à soi-même en profondeur, et aller à la rencontre de cet autre qui demeure en chacun de nous. C’est aussi prendre conscience et contact avec sa nature profonde, mieux se connaître soi et les autres, accéder à un autre niveau de conscience, méditer sur le sens de la vie, et finalement tenter de répondre aux questions existentielles.

Parce qu’elle est un support de prédilection à l’introspection et au voyage intérieur, la Géomancie invite à rechercher en soi la lumière, et à illuminer les voies conscientes et inconscientes au cœur de chacune de nos décisions, et de nos peurs. Par ce lent et patient travail de rencontre intérieure, la Géomancie restitue à chacun la faculté de redevenir le maître de sa propre existence, l’artisan de sa propre vie, à travers un éclairage sans concession porté sur son potentiel personnel, et les lignes de force susceptibles d’influencer son environnement global.

Il va de soi et dans cette perspective émancipatrice, que le premier geste du Géomancien envers son Consultant devra consister à le replacer en position de responsabilité, notamment à travers le jeu du questionnement. Il s’agira dès lors de remplacer les interrogations fatalistes en la bouche du Consultant telles que :  « Que va-t-il m’arriver ? » et induisant une attitude passive, par d’autres restituant à la personne tout son pouvoir d’action : « Que puis-je faire (au présent) ? ».

La Géomancie intuitive n’a en effet pas prétention à prédire un quelconque avenir qui serait déterminé une fois pour toutes, mais à révéler ce que la personne vit et ressent profondément dans le moment présent, et qui est là encore susceptible d’influencer son futur proche. Ainsi le seul déterminisme qu’il soit ici permis de reconnaître, est celui par lequel la personne tend à conditionner son avenir, en fonction des pensées et des actes qu’elle manifeste au présent.

L’idée à travers la consultation en Géomancie intuitive est aussi de permettre à la personne de s’extirper d’un état d’ignorance et de soumission, pour accéder à une une condition (spirituelle) supérieure, empreinte de compréhension et de (re)connaissance. Rendre manifeste le travail souterrain de l’esprit permet en effet la mise au jour des déclencheurs subtiles de notre réalité à venir, pour mieux en appréhender les enjeux au présent ; la meilleure façon de connaître son avenir étant encore de le construire, toutes réserves étant acquises sur cette affirmation un brin simpliste. Dans cette mesure, est-il enfin possible d’admettre que chacun connaît inconsciemment son avenir, puisqu’il le porte déjà en lui, à l’état de germe, et bien qu’il persiste à l’ignorer.

Quelque soit la nature du message à transmettre, il conviendra de toujours s’exprimer en faveur de l’autonomie de la personne, et de lui conférer tous les moyens de cette autonomie, en sorte qu’elle puisse reprendre sa vie en main, et sentir son pouvoir réel sur les choses et le destin. Loin d’une prédiction à laquelle il conviendrait de se soumettre sans rechigner, et qui constituerait en quelque sorte une prise d’ascendance psychologique sur l’autre, l’objectif ici est de replacer le Consultant en posture de héros de sa propre vie, pleinement conscient des enjeux et des forces en présence, afin qu’il passe d’une posture de soumission passive, à une attitude d’action créative, constructive et projective.

Il n’est pas si évident de quitter ses fausses certitudes pour embrasser de vraies incertitudes, et grande est la tentation chez nombre de consultants de céder à la facilité de se voir dicter leur conduite, comme pour mieux échapper à cette peur viscérale de l’inconnu. Malgré tout, il est important de réaliser que ce désir quasi-mégalomaniaque de tout contrôler, de tout maîtriser, et de tout décider des différents aspects de sa vie va à l’encontre du sens même de la vie, et s’avère une attitude foncièrement contre-productive.

La Géomancie intuitive représente de ce point de vue une aide considérable, de par sa capacité à nous relier à notre être profond ; elle nous permet de mieux intégrer le panel de nos possibilités actuelles, et à appréhender plus sereinement nos limites dans l’instant.